Maison de Champagne Piper-Heidsieck

Accueil|Maison de Champagne Piper-Heidsieck
Champagne Piper-Heidsieck
Maison de Champagne Piper-Heidsieck

Maison de Champagne Piper-Heidsieck

Champagne Piper-HeidsieckTout commence avec Florens-Louis Heidsieck. Né en 1749, ce fils d’un pasteur protestant de Westphalie s’installe comme drapier à Reims où il tombe amoureux d’une champenoise… et du vin de Champagne. Autodidacte, il est animé d'une grande ambition, « créer une cuvée digne d’une reine ». En 1785, il fonde la Maison de négoce de draps et de vins de Champagne Heidsieck & Cie. Il devient maître de son art au point d’avoir l’honneur de présenter lui-même son vin à la reine Marie-Antoinette.

À la mort de Florens-Louis, en 1828, Christian Heidsieck, son neveu, s’associe avec Henri-Guillaume Piper, un homme doué d’un prodigieux sens du commerce. Des princes de Habsbourg aux empereurs de Chine, quatorze cours royales ou impériales lui accordent alors le privilège de « fournisseur patenté ». À travers le monde, toute la bonne société désire « le vin de Piper, élaboré par Heidsieck ». En 1835, Christian Heidsieck meurt et, en 1838, sa femme se remarie avec Henri-Guillaume Piper. Le nom Piper-Heidsieck est né.

À la mort d’Henri-Guillaume, en 1870, Jacques-Charles Théodore Kunkelmann, associé depuis 1851, prend les rênes de la Maison. En 1892, son fils, Ferdinand-Théodore, lui succède. Sa fille Yolande épouse en 1926 le marquis Jean de Suarez d’Aulan. Pionnier de l’aviation, cet homme extraordinaire entre en scène et assure la promotion de la Maison en parcourant le monde aux commandes de son propre appareil. Pendant la Seconde Guerre mondiale, infatigable homme d’action, il accepte de cacher dans ses caves des armes qui doivent servir la Résistance champenoise. La veille de son arrestation par la Gestapo, il s’enfuit en Afrique du Nord, devient pilote de chasse dans la célèbre escadrille La Fayette et meurt au combat en 1944. La Maison Piper-Heidsieck est placée sous séquestre par l’occupant. Elle aurait sans doute périclité à la libération si elle n’avait été brillamment relancée par Yolande Kunkelmann d'Aulan, secondée par le général baron d’Alès, avec qui elle se remarie en 1945.

François d’Aulan, le fils aîné du marquis Jean de Suarez d’Aulan et de Yolande Kunkelmann, lui succède en 1957. Il assure pendant trente-trois ans la présidence des Champagnes Piper-Heidsieck. Il concilie alors impératifs de développement et pérennité familiale. En 1988, il cède le flambeau à la famille Hériard-Dubreuil. La holding familiale EPI, spécialisée dans les secteurs de l'habillement et du luxe et dirigée par Christopher Descours, acquiert l'entreprise en 2011.